Atelier d’écriture sur une journée

CdCKnNQW4AAFYmT
L’objectif principal pour cet atelier d’écriture était d’avancer sur Amaurea, le projet que j’ai en commun avec Maddy Facchin. En réalité, avancer s’est limité à lire les 2-3 chapitres écrits par l’autre, donner notre avis et y apporter quelques modifications, faire une session de brainstorming sur les chapitres à venir et apprendre a mieux connaître l’état d’esprit du personnage écrit par l’autre pour y être fidèle. Du coup, on part sur de bonnes bases pour le reste de l’histoire… Même si ce n’est pas du tout le cas pour le préquel, Undomie, qui reste flou et incohérent… On verra ça plus tard!

Pour ce qui en est de Dans un coeur pur, le tome deux du diptyque Une touche de mal et mon projet principal, je viens de terminer le chapitre 17. Je vais bientôt commencer l’écriture du 18 mais tout ce que j’ai écrit jusqu’ici n’en est encore qu’au stade de brouillon, laisse à désirer et est sûrement bourré d’incohérences. C’est quand même une avancée que je veux souligner étant donné que fin décembre, je venais tout juste de commencer l’écriture du chapitre 13. C’est peu pour une auteure professionnelle mais très bien pour moi, qui doit jongler entre stages, cours et examens.

En résumé, un atelier modérément réussi mais qui était quand même essentiel!

Mon (probablement) dernier atelier d’écriture 2015

sans-titre
Cette fois-ci, l’atelier d’écriture ne se déroulait malheureusement pas sur une semaine mais sur une demi-journée. Quand bien même, je trouve qu’il mérite d’être mentionné. J’avais écrit un très court chapitre pour Amaurea, et comme c’est le premier, il est censé donné le ton pour la suite. J’étais relativement satisfaite de mon travail et je l’avais envoyé à ma collaboratrice. Mais depuis j’ai réalisé que je n’étais pas allée suffisamment en profondeur, n’établissant que vaguement la situation initiale et ne présentant que très superficiellement mon personnage.
Je m’y suis donc attelée à nouveau. Rentrer dans l’état d’esprit de Faye est très facile pour moi, parce que ce personnage a partiellement été créé sur ma personnalité. Ce qui est vraiment dur avec ce projet c’est que Maddy Facchin et moi avons décidé de l’écrire au présent et à la troisième personne alors que j’écris en général au passé, à la première personne. Dur, dur…
Au final j’ai réussi à rallonger le chapitre un tout petit peu, juste ce qu’il fallait. Amaurea part maintenant du bon pied !

Bilan de mon atelier d’écriture 2015

Pour comprendre de quoi il s’agit, je vous invite à lire ce petit article.

L’inspiration n’a pas autant été au rendez-vous que d’habitude mais il a bien fallu se forcer pour ne pas stagner. L’écriture est parfois un combat de tous les jours et, cette fois, je trouve que je ne me suis pas trop mal défendue !

Premier objectif: à moitié réalisé, le plan d’Amaurea a pris plus de temps que prévu, on l’a fini de justesse hier soir et nous n’avons donc pas pu commencer d’écrire.
Deuxième objectif: comme je n’avais pas défini précisément ce que « mettre les bases » veut dire, je le considère atteint.
Troisième objectif: je me suis fait battre. A plates coutures.
Quatrième objectif: j’ai bien mieux réussi que je ne l’aurais pensé, ce qui compense le plantage de l’objectif précédent.
Cinquième objectif: très bien réalisé, je devrais en voir les résultats d’ici peu !

La co-écriture

Ecrire à quatre mains n’est pas toujours facile. Il faut que les esprits des deux auteurs puissent s’harmoniser pour éviter la troisième guerre mondiale. Visions divergentes sur les personnages, envies d’évolutions et de rebondissements qui ne coïncident pas, tournures propres à chacun… Il faut affronter quelques problèmes pour écrire quelque chose de deux fois plus intéressant et réussi. Avec Maddy Facchin, je n’ai pas vraiment rencontré de problèmes. La première nouvelle que nous avons écrite ensemble, Amour & Damnation s’est créée de manière très fluide, avec les idées et les phrases qui fusent et se complètent. Pour la seconde, Le secret du Corail, nous avons voulu tester notre harmonie en écrivant le premier paragraphe chacune de notre côté. Et le résultat était très similaire. Le reste se fait assez naturellement, avec des propositions d’idées, parfois différentes où il faut choisir, parfois qui se rejoignent.
Je ne pense pas que ce serait aussi facile de co-écrire avec quelqu’un que je ne connais pas ou en qui j’ai moins confiance, mais j’ai hâte de renouveler ce projet avec ma meilleure amie car je trouve que nous réussissons plutôt bien ce type de collaboration et que l’histoire se trouve enrichie de nos idées mises en commun.

Vous pouvez vous faire votre propre opinion avec l’ebook ou la version papier de notre recueil Quatre fois où l’amour les a damnés et une fois où…