Bilan de mon année 2015

Je pense que j’avais pris des résolutions un peu trop enthousiastes en début d’année, en pensant que la joie d’avoir fini mon premier roman me propulserait en avant. C’était un peu vrai, mais pas suffisamment pour tout boucler. Au final, voilà le résultat pour chaque résolution.

-Finir ma série en cours ; Une Touche de Mal. Je ne vais pas dire que j’ai lamentablement foiré celle-ci, mais ce ne serait pas inexact. Je n’en suis qu’à la moitié du deuxième (et dernier) tome. Je viens de commencer le chapitre 13/25 mais tout n’en est qu’au stade de brouillon, je n’ai fait que relire (et à peine corriger) les 8 premiers chapitres. Au final, j’ai mis le turbo sur ce projet ces derniers mois donc on va dire que ce n’est pas raté sur toute la ligne.
-Relire et corriger Tout Ce Qui Compte. Je l’ai fait ! Incroyable mais vrai, j’ai atteint ce but, il ne me reste plus qu’une brève relecture à faire sur ce projet pour me débarrasser des quelques incohérences restantes puis je tenterais de le faire publier.
-Commencer un nouveau projet avec Maddy Facchin. C’est fait, et même bien fait. Les plans d’Amaurea et du préquel Undomie sont bien posés et l’écriture a été commencée par l’une de nous deux. Moi, pour une fois (si, si, je vous assure.)
-Faire un vrai atelier d’écriture à Saint-Malo avec Maddy Facchin. Il n’a pas été aussi réussi que les années précédentes. Moins prolifique, en tout cas. Mais c’était quand même agréable. J’en ai également fait un autre avec mon amie Anaëlle.
-Mettre à jour mon site plus souvent… On ne va pas en parler, de celle-ci.

Bientôt, vous retrouverez mes résolutions pour 2016. J’essaierais d’être réaliste et optimiste à la fois pour bien réussir mon année. A bientôt !

L’écriture et moi en 2015 (surtout Dans Un Coeur Pur)

Écrire Dans un coeur pur, le deuxième et dernier tome de la série Une touche de mal a eu des hauts et des bas. Plus que la normale. En début d’année, j’en étais au chapitre 5. Je m’étais donc dit qu’une année suffirait pour finir d’écrire le brouillon de ce livre. J’ai eu tellement tort… J’ai plus travaillé sur ce projet ces deux derniers mois que les neufs précédents. Mi-septembre, je n’en étais qu’au 8 et maintenant, début décembre, je viens de commencer le 13 !

Depuis que je m’y suis remise sérieusement, courant septembre pendant un atelier d’écriture à Saint-Malo, rien n’a pu m’arrêter. Pour le reste de l’année, je pourrais donner des excuses comme : je travaillais sur un autre livre. Et c’est vrai, j’ai corrigé un livre pour Maddy Facchin et retravaillé Tout ce qui compte. Mais ça n’aurait pas dû me prendre des mois. Je pense que la raison qui explique ce manque d’avancée est surtout le fait que je n’avais pas pu faire d’atelier d’écriture de plus d’une journée en 2015 avant septembre. Et surtout, je n’en ai pas fait avec Maddy. C’est si facile de passer au-dessus des blocages quand on est toutes les deux !

En l’état, je me suis complu dans mon inaptitude à avancer sur ce tome une bonne partie de l’année. Heureusement, j’ai réussi à mettre cet épisode de page blanche derrière moi puisqu’en deux mois et demi, j’ai écrit pas moins de cinq chapitres, ce qui est un record pour moi. En conclusion, même si je suis très loin d’avoir accompli mon objectif de l’année, je trouve que je me suis bien rattrapée ces derniers temps. Suffisamment pour que je sois relativement fière de moi et pour que je jure d’accomplir mon objectif premier l’année prochaine sans faute.

Mon (probablement) dernier atelier d’écriture 2015

sans-titre
Cette fois-ci, l’atelier d’écriture ne se déroulait malheureusement pas sur une semaine mais sur une demi-journée. Quand bien même, je trouve qu’il mérite d’être mentionné. J’avais écrit un très court chapitre pour Amaurea, et comme c’est le premier, il est censé donné le ton pour la suite. J’étais relativement satisfaite de mon travail et je l’avais envoyé à ma collaboratrice. Mais depuis j’ai réalisé que je n’étais pas allée suffisamment en profondeur, n’établissant que vaguement la situation initiale et ne présentant que très superficiellement mon personnage.
Je m’y suis donc attelée à nouveau. Rentrer dans l’état d’esprit de Faye est très facile pour moi, parce que ce personnage a partiellement été créé sur ma personnalité. Ce qui est vraiment dur avec ce projet c’est que Maddy Facchin et moi avons décidé de l’écrire au présent et à la troisième personne alors que j’écris en général au passé, à la première personne. Dur, dur…
Au final j’ai réussi à rallonger le chapitre un tout petit peu, juste ce qu’il fallait. Amaurea part maintenant du bon pied !